je n’ai pas envie d’écrire, je ne peux plus écrire, pas de mot, pas de sens, le corps se coupe et les pensées s’échappent
en un vol de sirènes
je voudrais penser, je voudrais écrire
je ne le peux pas
parfois le ciel charrie les nuages de printemps, le soleil croque la peau toute pâle encore
là sur la trouée de la terrasse
et l’on oublierait tout
le jour, le temps qui passe, l’effroi, le ciel trop lourd
l’enfant rit de son cœur ouvert, en miracle
et ce n’est que le temps d’offrir au petit chien en peluche son os d’anniversaire, il faut imiter sa voix, plutôt, il faut lui donner une voix, dexter fou de joie pour son anniversaire, part en jappant cacher son os dans le rosier
le fresia embaume et le rosier se tend vers le ciel
les magnolias au loin,
écrire quoi
les êtres qui passent, le temps enfermé où le monde s’évase, on pense au ciel, aux frontières, aux pays frontaliers puis aux pays plus lointains, on a reçu les nouvelles, les morts en cascade
on ne les comprend plus
écrire les êtres qu’on perd chaque jour, qu’on a laissés tomber, sans doute par négligence, criminelle,
absurde
on ne parvient plus à faire le lien entre les faits, les informations, les données brutes, les sentiments confus
écrire l’enfermement protégé –mais l’inquiétude sans fond, la terreur d’avoir un message soudain, de vouloir accourir, traverser les frontières, entourer l’être cher esseulé là-bas si loin, où les morts pleuvent en cascade
écrire quoi
se dire, l’enfant, qu’il faut coûte que coûte maintenir pour l’enfant le monde de l’enfance, apprendre, dessiner, jouer, oublier, rêver –l’entendre pleurer, appeler, accourir, mais non il joue joyeusement -se dire que là-bas soudain on aura besoin de tout, se préparer à transgresser s’il le faut, y aller coûte que coûte –se dire que le monde s’effondre et c’est un gouffre, les chiffres, les graphes –se dire qu’il faut coudre des masques –se dire que tout est vain, il faut rester sans bouger, surtout, ne pas bouger -obéir, protéger, confiner, attendre leurs tests –écrire, c’est trop de mots, trop de traits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :