que nous arrive-t-il je garde en tête le ballet des sirènes que je n’ai pas entendues où partent les corps où s’échappent les êtres qu’en faites-vous qui êtes-vous où fuyez-vous -l’air est presque insalubre et nous avons soudain peur du noir, que nous arrive-t-il, le repli nous vient comme en des cabanes fragiles ballotées en des cabanes fortes invincibles, le repli confiné, nous vivants qu’avons-nous vu qui nous brûle, qu’osions-nous, qu’avons-nous fait? il faudrait dormir et replié, dormir sur soi et sur le bord de l’autre, recouvrir apaiser les corps là tout près –il faudrait trouver la lumière qu’avons-nous dit qu’il fallait taire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :