l’enfance traverse l’enfance encore il n’y a qu’elle et elle encore l’enfance en chance d’être et qui regarde et qui contemple qui voit tout derrière la montagne et la brume à travers nous qui voit tout encore sans rien omettre qui n’omet rien ne craint rien ni même savoir

je veux savoir dit l’enfance je veux bien voir montre-moi

et je lui montre et derrière la paroi il y a l’infini végétal minéral et le souffle des êtres remuants c’est tout un qu’est-ce que cela change

il y a la les lumières diffractées du soleil ébranlé par le poids des nuées les lumières parlantes les lueurs éventées

il y a le champ à venir et l’idée-horizon

il y a ce que nul ne confisque le temps infini à dévaler les pentes infini à rassembler les cailloux les grains les petits trèfles –à trois feuilles me dit-elle c’est très rare tu sais si rare- un pied après l’autre et qui parle et emboîte les mots d’une langue à l’autre sans savoir en devinant ce que parler veut dire d’une rive à l’autre du langage

revenant au-dedans où le cœur bruit pur et clair où les langues inondent premières les méandres de la peau et du souffle

l’enfance en lys souple élevé vers le ciel

et qui contemple encore de l’autre côté de la vitre le chemin clair des feuilles du colloque au jardin des immeubles gris pâle

qu’est-ce que cela change

tout ensemble c’est devant c’est devenir et sans scrupule sans question c’est devenir enchantant les dentelles alliées des espaces intérieurs

au-dedans en-dehors et l’enfance au milieu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :