il nous faudra ramasser les coquillages, souffler sur la braise toute fine, il nous faudra lever les yeux, nous y verrons, clair peut-être, jaune et bleu, comme si la colonne arrière effritée bel et bien, effondrée au sol, peau de sable, laissait échapper jaune et bleu, pointer l’horizon jaune, la vague bleue, ce n’est rien, il fait clair, ce n’est rien, toujours l’eau s’écoule, le sol n’est que mouvance, toujours tout a bougé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :