vous êtes comme deux êtres disjoints

l’une avec et l’une sans

l’une d’avant l’une d’après

celle d’après qui ne croit rien de ce qu’elle croit, de ce qu’elle pense, de ce qu’elle voit

qui n’est rien de celle d’avant

celle d’avant qui était la vraie l’unique celle de l’histoire

celle d’après qui veut reconstituer, qui veut savoir et se heurte au néant

à la brûlure blanche d’un objectif puissant, sous le flash, juste là

qui ne sait plus rien de cette autre avant elle et qui était elle, depuis qu’elle n’est rien, n’est plus rien, ne sera plus jamais

elle était, coupée sans doute, mise à sac, presque morte, sans le savoir

elle était désossée, découpée, désarmée, elle était seule au monde et entourée d’ombres -inaccessibles,

-le bras se tend, la main au bout, l’accès facile et puis figée, glacée, illégitime, la main perdue-

mais c’était elle, c’était son nom, ses souvenirs (…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :