Soleil d’été aux vagues roulantes et je ne sais comment on tourne et l’on côtoie le sable blanc collé, elle est derrière posée au sol et si belle, elle est la plus belle et violette et seulement, on creuse le tourbillon de la vague claire, plus bleue que le ciel, les petits corps savent le velours du contact, passe et repasse, l’eau baigne la bouche et l’on ressort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :