et même, ce qu’on entend nous déchire, et même, on n’entend rien, ce n’est pas cela, ce que personne ne peut dire, ne nous dit, la voix de chair en nous s’effondre à jamais et même, la petite fille renaît, plus rien, plus rien ne comptera, inventer les remous, inventer les forêts, le trésor sous le lit, et la nuit et le jour chaque fois recommencés, ce n’est rien d’autre, notre mer à jamais, notre terre collée au ciel, la place indécise de la langue, on ne dira rien, on ne sait rien, on est ailleurs, et même, l’écureuil a toujours rassemblé ses noisettes, préparer l’hiver, depuis le grand livre des singes et la cigogne partie pour Marrakech, Cécile a répondu du sureau fendu en deux, par leur faute, par leur volonté, le sureau et la balançoire, elles étaient trois Cécile et même, les grains de sureaux concassés dans la poterie d’en-bas c’était le vin pour tous les invités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s